dimanche 14 octobre 2018

Les urnes ont parlé...

Soir d'élections… les urnes ont parlé.  A Enghien et à Silly, les Bourgmestres sortants ont été très largement reconduits dans leurs fonctions. Je souhaite ici leur dire mes félicitations, et celles de toute la communauté catholique de notre doyenné. Avec eux, avec les coalitions et les échevins qu'ils mettront en place, nous continuerons à chercher à honorer le bien commun, à être attentifs aux situations de précarité, au respect de l'environnement, à la préservation du patrimoine, à la promotion de l'enseignement et de la culture, bref à tout ce qui permet une vie communale aussi harmonieuse que possible.
Le rôle des mandataires publics, qu'ils se trouvent dans la majorité ou dans l'opposition, est bien difficile. J'admire ceux et celles qui s'engagent en politique et qui, quelles que soient leurs sensibilités respectives, donnent de leur temps ét leur énergie à la gouvernance de leur cité.

dimanche 23 septembre 2018

"Placer un enfant au milieu"

Ce matin, à Enghien, c'est dans une assemblée de couples jubilaires qu'ont  retenti ce geste évangélique et la parole qui l'accompagne : "Prenant alors un enfant, Jésus le plaça au milieu d'eux, l'embrassa et dit : Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il accueille. Et celui qui m'accueille ne m'accueille pas moi, mais Celui qui m'a envoyé." (Mc 9, 36-37)
Jésus, et à travers lui Dieu lui-même, veulent être accueillis comme on accueille un enfant : pour des couples célébrant un important anniversaire de mariage, cela veut dire beaucoup. On sait combien l'enfant attendu, désiré, lorsqu'il arrive, bouleverse tout, inquiète la tranquillité du ménage, l'oblige à s'ouvrir à l'autre.
Sortir de l'amour fusionnel, voilà ce à quoi convie la survenue de l'enfant dans un couple, et sans doute est-ce l'un des éléments qui rendent solide une union conjugale.
Mais plus largement, que Jésus, et à travers lui, "Celui qui l'envoie", c'est-à-dire Dieu, s'assimile ainsi à l'enfant… cela en dit long sur la place de Dieu. Celui que Jésus met ainsi au centre de nos conversations, de nos ambitions - les ambitions déclarées, répétées, malvenues de ses apôtres, aussi bien que les nôtres -, c'est donc un "enfant". Et même, si l'on en croit le grec, un "tout petit enfant", ce que le latin traduit bien par "infans", c'est-à-dire "celui qui ne sait pas parler", soit qu'il n'ait pas encore appris, soit qu'il n'en ait pas le droit. Celui, donc, qui n'a rien à dire. Celui qu'on aurait tendance, plus à l'époque de Jésus qu'à la nôtre où l'enfant est souvent "l'enfant-roi", à ne pas regarder, à ne pas considérer. Celui, dès lors, qui est fragile, voire gênant, dont la vie même ne tient qu'à un fil.
Qu'est-ce donc, "mettre un enfant au milieu de nous"? Dans nos raisonnements et dans nos pratiques, mettre au centre celui que d'habitude on néglige, celui qu'on tient pour rien, qui ne compte pas.
Dans les sordides affaires de pédophilie, précisément mettre l'enfant au milieu, avant la protection des institutions et des adultes.
Dans les affaires de migration, précisément mettre les migrants au milieu, avant la protection des nantis que nous sommes par rapport à eux.
Dans les affaires d'élections, précisément mettre au milieu les plus fragiles des électeurs et des citoyens, avant tout le reste.
Dans les affaires d'enseignement, précisément mettre au milieu les élèves les plus difficiles, pour que l'ensemble des classes soit stimulé en leur faveur.
Et chacun complètera la liste…
Mais si l'on essaie de procéder ainsi, on est certain, nous dit Jésus, de ne pas se tromper d'ambition : "Si quelqu'un veut être le premier, qu'il soit le dernier et le serviteur de tous." (Mc 9,35)

dimanche 16 septembre 2018

Pierre et Satan

"Passe derrière moi, Satan!" (Mc 8, 33) La réprimande vigoureuse de Jésus à l'encontre de Pierre, dans l'évangile proclamé aujourd'hui, marque un tournant dans la foi chrétienne. Pierre a très justement proclamé que Jésus est le Messie, le Christ, mais il se fait de lui une idée trop humaine : un Messie de gloriole et de prestige, en aucun cas compatible à ses yeux avec ce que Jésus lui-même annonce quand il parle ouvertement de la Croix inévitable, et de souffrances endurées de la part des dignitaires religieux de son temps. Pourtant, telle est la pensée de Dieu sur le salut des hommes : il doit passer par la contradiction assumée, par le fait que chacun prenne "sa" croix pour suivre Celui qui va être crucifié. Pas d'autre moyen d'être chrétien : prendre sa croix, c'est accepter le réel et renoncer "à soi-même", c'est-à-dire à ses fantasmes, à ses rêveries, à son cinéma intérieur. Accepter sa propre faiblesse et son indignité : la croix n'est pas d'emblée glorieuse. Refuser que l'Institution, si habile pourtant à dissimuler, ne cache les failles pour mieux imposer ses velléités de domination. Refuser ce que le pape appelle à juste titre le "cléricalisme" - c'est cela, le cléricalisme, cette volonté des gens d'Institution de maintenir coûte que coûte les apparences, même au prix des pires mensonges.
La crise qui affecte l'Eglise catholique aura, espérons-le, au moins ceci de bon : ramener chacun à la réalité. Refuser, par exemple, une morale sexuelle sublimée mais complètement fantasmée, idéologique et destructrice parce que poussant les personnes à la dissimulation, à la fraude, et finalement à la perversion - un comble, déjà compris par les théologiens scolastiques et leur formule Corruptio optimi pessima, "la pire perversion est celle du meilleur."
Nous avons besoin d'une conversion au réel, si nous ne voulons pas nous faire nous aussi traiter de "Satan"...

dimanche 2 septembre 2018

L'intérieur et l'extérieur...

L'évangile de ce dimanche m'a fait songer à la Grande Thérèse d'Avila. Cette Espagnole aimait à dire, comparant notre vie spirituelle à une architecture, à une maison, que nous vivons d'habitude "en terrasse", à l'extérieur de nous-mêmes : nous paradons, nous jouons notre personnage, nous voulons être pris pour ce que nous disons être, etc. Nous purifions l'extérieur de la coupe et du plat… Mais nous nous risquons peu dans les caves, dans l'intériorité : là, il fait sombre, sans doute ces lieux inexplorés sont-ils remplis de toiles d'araignées et sans doute avons-nous peur de nous y aventurer. Pourtant, c'est là que le Christ nous rejoint en son incarnation, dans les recoins obscurs de nous-mêmes, dans les non-dits oubliés, refoulés, de nos petites enfances, là où s'originent nos rancunes, ce que Jésus appelle nos "perversités".
C'est là qu'il faut descendre…
C'est là que nous sommes attendus pour y être purifiés et guéris par "le vrai Médecin des âmes et des corps."
Et pour devenir, peu à peu,   de vrais vivants… plus facilement vivables aussi pour ceux qui nous entourent!

lundi 27 août 2018

Le pape et le changement

Elu pape le 13 mars 2013, François l'a été pour changer l'Institution catholique - cela ne fait aucun doute. Cet homme déjà âgé remplit sa tâche et, évidemment, reçoit des critiques de partout, de l'intérieur comme de l'extérieur de ladite Institution. C'est de bonne guerre - mais c'est une guerre. Et les plus violents sont probablement les ennemis de l'intérieur, les opposants à toute réforme, qui prétendent s'appuyer sur le "dogme" ou qui, sans autre preuve que leur propre parole, reprochent au pape d'être coupable de ce qu'il dénonce chez d'autres évêques, en particulier la complaisance vis-à-vis de comportements pédophiles que ces évêques auraient eux-mêmes commis ou qu'ils auraient couverts chez leurs prêtres. En retournant l'argument contre celui qui enfin dénonce ces travers, et en prétextant  pour cela le soi-disant respect de la Tradition, on s'enfonce plutôt dans la latrine…
Quant aux propos tenus dans l'avion lors de la traditionnelle conférence de presse, retour d'Irlande, sur l'homosexualité, il ne me semble pas que François ait rien dit de déraisonnable, au contraire. Conseiller à des parents dont les enfants présentent des tendances homos de consulter, non pas, évidemment, pour les  faire changer, mais pour accompagner tout le monde dans la gestion, au quotidien, de ces tendances,  c'est du bon sens. Car nos sociétés, par certains côtés si "ouvertes", sont encore dans leur fond très homophobes : n'est-ce pas ici en Wallonie que récemment un échevin a été contraint à la démission de son parti pour des propos autrement injurieux que ceux du pape, qui, eux, ne l'étaient pas du tout?


Je le dis avec force : ceux qui critiquent ce pape, de l'intérieur ou de l'extérieur de l'Institution ecclésiale, sont ceux qui, pour des motifs sans doute différents mais en vérité complices, veulent que rien ne change, jamais. Ce sont des conservateurs, des rétrogrades et souvent des salauds.

mercredi 22 août 2018

"Comme je voudrais une Eglise pauvre..."

On se souvient peut-être de ce mot du pape François, lors de l'inauguration de son pontificat, le 19 mars 2013 : "Come vorrei una Chiesa povera e fatta per i poveri", "Comme je voudrais une Eglise pauvre et faite pour les pauvres."
La présent rebondissement de la crise incessante autour de la pédophilie offre à l'Eglise une nouvelle occasion de rencontrer ce souhait. Car la pauvreté véritable n'est pas d'abord le dénuement matériel, mais spirituel : être privé de ses certitudes, de son bon droit, et partant, de son arrogance, connaître la honte d'être pris en faute, se voir arracher le drapé de sa soi-disant pureté, découvrir la saleté, la corruption, le mensonge et le reste de la misère humaine que l'on eût voulu cacher à tout jamais. C'est une expérience qui, je l'espère, interdira désormais à l'Institution de porter sur le monde et surtout sur les personnes des jugements péremptoires.
En ce sens, pour douloureuse qu'elle soit, une expérience purificatrice.
Espérons-le!

mardi 14 août 2018

QUINZE AOÛT RAGEUR

On ne peut pas, dans un pays "parangon de la démocratie", enfermer sans jugement des familles et des enfants. C'est un point de non-retour. Cela crie vengeance au ciel. On n'enferme pas des innocents.
C'est contraire :
- à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme;
- à la Convention Européenne des Droits de l'Homme;
- à la Charte des Nations Unies sur la Protection des Droits de l'Enfance,


tous textes solennels dont la Belgique est signataire, ce qu'elle semble renier par les dispositions législatives exécutées ces jours-ci.


La solennité de l'Assomption de la Sainte Vierge, protectrice des âmes ET des corps, Mère de Jésus, Mère de Dieu et Mère de l'innombrable Eglise, finalement Mère des Hommes dans la Nouvelle Création, sera je l'espère marquée par une intercession féconde : que cessent, à peine commencées, ces pratiques qui déshonorent notre pays!


J'entends malheureusement peu de voix s'élever, peu de femmes et d'hommes politiques s'indigner, comme si les torpeurs du mois d'août favorisaient le n'importe quoi, et en particulier le glissement vers des méthodes fascisantes de gouvernement. J'attends les réactions, que chacun se brûle un peu les ailes, merde, en se fichant de la discipline de parti dont personne n'a que faire, et surtout en se fichant des populismes rampants qu'il faut détruire à la base.


Elections en octobre.
On verra...