mercredi 16 mai 2018

"Contre les violents tourne la violence..."

Quand la violence a-t-elle commencé? Question de cour de récréation, de cour d'école fondamentale : "Qui est-ce qui a commencé?"
La décision entérinée par les Nations Unies de créer en 1948 l'Etat d'Israël faisait sans nul doute justice à un Peuple qui, dans l'Histoire, a été infiniment dénigré, dispersé, pourchassé, et qui l'avait été d'une façon odieuse dans l'Europe des années précédentes. Cette décision généreuse restituait à ce Peuple une part importante de sa terre ancestrale.
La même décision, du coup, provoquait l'exode des précédents occupants, les Palestiniens, obligés de se réfugier dans des camps "provisoires" aux bordures des pays limitrophes. A l'époque, au début, probablement y avait-il vraiment moyen de s'entendre...
Mais les années ont passé et durci les rancoeurs, recuit les oppositions : aux violences des uns ont répondu les annexions des autres, les occupations de territoires malgré les avis négatifs des Nations Unies, les colonisations.
Aujourd'hui, tout semble bloqué : une population est marginalisée, l'autre prétend "se défendre" en envoyant une armée terriblement efficace exécuter - il n'y a pas d'autre mot - des manifestants certes provocateurs et qui n'ont rien à perdre, sans doute en effet soucieux d'exhiber face aux medias d'Occident leurs morts, y compris leurs enfants morts, parce que c'est leur seule manière de protester encore.
Les Nations Unies, "le machin", comme disait De Gaulle, sont impuissantes.
Les grandes nations, les grandes puissances, ou se taisent (à peine quelques murmures de protestations entendus en Europe, du bout des lèvres, en France ou chez nous) ou jettent de l'huile sur le feu (le Président des USA, qui prend fait et cause pour le sionisme le plus dur, et très probablement pour des raisons non seulement diplomatiques mais financières.)
Sur place, des Juifs, des Chrétiens, des Musulmans, hommes et femmes de bonne volonté, appellent encore et encore au dialogue : il ne faut jamais cesser d'y croire. Le pape les appuie, disant ce midi son "inquiétude" lorsque des voies violentes sont empruntées, lorsqu'on veut passer par la force - cela, dit-il, ne conduit jamais qu'à un surcroît de violence, mais en aucun cas à l'apaisement.
Entendant cet appel aujourd'hui, je songeais au vers d'Aragon : "Contre les violents tourne la violence." On ne sait pas si le poète a conjugué le verbe au mode subjonctif - un souhait - ou indicatif - un constat.
J'espère que soit exacte seulement la seconde hypothèse, la seconde lecture, car il ne faut jamais souhaiter que la violence revienne comme un boomerang vers ceux qui l'exercent. Mais, constatant qu'elle le fait toujours, il faut prier pour que puisse s'installer là-bas une communication de la paix, une "méta-communication", qui fasse sortir ces peuples aimés d'une spirale destructrice pour tous les deux.

jeudi 3 mai 2018

Contester le système

Longuement reçu, ce midi, et déjeuné avec mon ami Pierre. Pierre a 26 ou 27 ans, je ne sais pas au juste, et il est le prototype du garçon le plus intelligent  que peut produire notre pays. Futé, bardé de diplômes, ayant tout vu, ayant passé une partie de sa formation aux USA, parfait polyglotte, avocat d'affaires, promis, comme on dit, à un avenir brillant. Il est "athée", comme il dit, même si je lui fais souvent remarquer que ces catégories de nos jours, hein, ça ne veut plus dire grand chose. Je l'aime de tout cœur, comme s'il était mon gamin - révérence gardée pour ses parents, que je connais bien, et qui sont aussi des amis!
Nous avons donc parlé, une nouvelle fois, de tout, de lui, de moi (un peu, ce n'est pas le sujet intéressant), de son métier, de sa vision du monde, de ses déceptions, de ses projets... Vraiment, quel bonheur de le voir!
Je retiens ceci : il a tout compris du "système" dont il fait partie, dans une société d'affaires affairée à faire des sous (l'allitération est voulue, voyez-vous...) Il y est productif et tout (et tous) le pousse(nt) à faire encore plus de sous, pour lui-même d'abord et pour la rentabilité du système en question. L'horizon de vie des cadres? Des sous, des sous à n'en savoir qu'en faire, des sous à accumuler pour les dépenser dans des frivolités dont on prétend qu'elles font "tourner l'économie" (voitures, voyages, maisons, investissements). Entre collègues, les sujets de conversation? Les sous, comment on les gagne, comment on les place, comment on fera pour en gagner davantage. Le récit, n'eût-il été si dramatique, et si dramatiquement vrai, était à pleurer... de rire!
Pierre a compris. Il ne veut pas enterrer sa vie dans cette vie-là. Il veut vivre.
L'alternative?
S'occuper, dit-il, de ceux que le système rejette comme une centrifugeuse. Ceux à qui l'on donne de temps en temps une croûte en compensation ou en consolation.
Alors il prend maintenant tout son temps avec des femmes sans mari mais chargées d'enfants qui doivent boucler le mois avec 750 euros. Et il dit qu'il veut mettre ses compétences au service de ces personnes-là.
Je l'aime, mon Pierre.
Je suis très fier d'être son ami...